CRITIQUE – L’histoire de Mario

Je ne pensais pas lire ce pavé de 400 pages (récupéré au japan expo ICI) aussi rapidement. William Audureau réussi à rendre L’histoire de Mario passionnante.

Dans le monde des mascottes, on peut lire ici que celle de Mario a connu une genèse on ne peut plus compliqué. C’est donc au travers des déboires des licences perdus (popeye ) et autre droit intellectuel (king kong) qu’a fini par apparaître le jumpman.

La lecture de cet ouvrage nécessite tout de même un background de retrogamer tant les références vidéoludiques sont nombreuses.

J’ai beaucoup aimé dans ce livre les aspects techniques de la construction de mario, de part les limitations de couleur, mémoire et autres aspects techniques de l’époque.

Lorsque j’ai acheté ce livre je me suis demandé pourquoi avoir arrêté ce livre à 1991 ?La structure de ce livre m’a répondu : à savoir qu’une fois passé super mario bros ; le mythe était en place et la construction des autres jeux est moins sujet à explication. D’ailleurs on peut résumer le contenu du  livre à : 50% donkey kong et avant / 25% super mario bros / 25% toutes les suites.

C’est assez amusant de voir que le déclin de Mario (suivant l’auteur) est arrivé pratiquement au même moment où j’ai arrêter de suivre le plombier dans ses aventures : c’est à dire juste après la période film/super mario world.

Bien que ayant adoré ce livre, je regrette cependant qu’il lui manque quelques illustrations de conception telles que l’on peut les voir sur le sujet donkey kong dans le second numéro de pix’n love.

 

 

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :