CRITIQUE – Guin saga グイン・サーガ

Sachant que la série était terminé j’ai repris la lecture de la transcription manga du livre à succés de  Kaoru Kurimoto : Guin saga version Hajime Sawada

Tout d’abord avant de me lancer dans la critique de cette série un petit passage sur l’aspect éditorial, on est passé des éditions asuka à Kazé (car racheté par kazé) mais les editions asuka existent toujours sous leur propre label. Dommage la collection semble déparaillé.

Autre chose on trouve dans leur volume par moins de 10% réservé à la pub,on voit très nettement sur la photo le gros pavé unis en fin (début sens occidental) du manga.

 Bande annonce bien faite chez Kazé pour mettre dans l’ambiance. J’avoue avoir dévoré cette version dessiné par Hajime Sawada ( Du coups j’ai commandé Blood of Matools dont il est le manga-ka également ).

L’histoire avance très vite, voir trop vite pour comprendre le background. Nous avons d’ailleurs à la fin de chaque tome quelques explications sur les éléments supprimés par rapport aux livres. Car Guin saga reste une oeuvre immense de plus de 120 tomes stoppée par la mort de son auteur.

Autant j’ai été émerveillé par la profondeur possible de Guin saga, autant j’ai été très déçu par la fin du tome 6. Ce manga s’arrête brusquement au moment de son apothéose ; avec pour consolation quelques pages d’épilogue nous racontant en une dizaine de feuilles toute la suite de l’oeuvre.

J’ai tellement aimé le thème que je ne pouvais pas en rester là alors j’ai commandé Guin Saga : Les Sept Mages, le manga dessiné par Kazuaki Yanagisawa qui comprend trois tomes de cette aventure.

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :