CRITIQUE – Blood Story

Bien qu’elle soit plus connu pour son cosplay que son coté écrivaine, j’ai passé une partie de mes vacances en compagnie de Blood Story

Sur mon premier avis je lançais le fin que Blood story était un croisement de Loft Story et battle royale ; et bien pas vraiment puisqu’ici les luttes seront faite à un temps donné (tous les 3 jours) avec des protagonistes sélectionnés(envoyer 1 par SMS pour etc…) par le public.

Première bonne idée du livre est d’axé le regard sur les frères et soeur Christophe et Susanne, dont cette dernière passera dans la villa pendant que lui la suivra sur son petit écran.

La présentation des personnages est un peu stéréotypé, surtout dans sa forme d’écriture. A tel point que l’on revient souvent sur ces quelques pages de présentation pour savoir qui est qui (Par exemple j’ai longtemps confondu SAM et STAN ou encore CECILE et KAT).

Une fois que tout ce mix de personnalité est entré dans le jeu/maison ,l’auteur oublie le personnage principale de Susanne pour se focaliser sur les autres, ce qui déroute un peu la trame de l’aventure. Finalement on lit très vite les entre-duels pour avoir les quelques moments trashs des mises à mort. Et ce n’est pas les quelques appartés sur Christophe qui remonte le récit.

Quand reviens le personnage de Susanne (très timide) au centre de l’histoire, on reprends gouts aux craintes du frère resté derrière son écran à ne rien pouvoir faire. C’était pas si mal pensé de mettre en retrait un des personnages pour lui donner plus de punch lors de sa réapparation ; mais on a attendu trop longtemps et la dérive est ancrée.

Au final SPOILER/surlignage : l’entrée de Christophe dans le jeu relance l’aventure, ce qui est une excellente idée. Mais l’engouement retombe complètement à la mort de ce dernier car nous perdons le point de vue du narrateur. Le twist final – vous n’avez pas vu certaine détails que je vais vous conter – ne relèvera pas l’intérêt. SPOILER OFF

D’un aspect général, bien que de bonnes idées j’ai trouvé l’ensemble du récit un peu pudique : pas forcement dans les scènes d’execution car Eugènie (lu dans une interview) ne souhaitait pas forcement en rajouter sur le coté gore; mais plutôt dans la façon d’exposer ses personnages face à la médiatisation, au relation amoureuse ou encore à leur échange.

Pour un premier livre c’est tout de même très encourageant.

Sur le site de http://www.cosplay-lelivre.com/ on nous apprends qu’une adaptation cinématographique est en cours de production. Et justement j’ai pensé à celà en fin de lecture mais avec de nombreux aménagement comme un démarrage plus dynamique en montage décalé pour donner une bonne introduction.

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :