BLU-RAY : Le voyage dans la lune

Arrivage, et en steelbook s’il vous plaît, du plus vieux film cinéma disponible en blu-ray : Le voyage dans la Lune.

Il a fallu partir le chercher en Californie (près de Las vegas mais j’ai pas fait l’aller retour pour autant) ce steelbook, chez Flicker alley. Film restauré par une société Française Lobster Film (mais distribué en France dans un vulgaire plastique, on y reviendra) d’après une copie couleur dite en piètre état trouvé en 93.

La farce de la colle fugitive du flyer arrière. Cette dite colle est substituée par le fameux coup du scotch replié sur lui même. A noté la très bonne idée (si un éditeur passe sur cet article) que le flyer est de taille à rentrer à l’intérieur du boîtier sans aucune découpe ou pliage. Ce qui est excellent pour garder les infos du blu-ray(durée, langue, bonus, synopsis ..) pour la vente et ensuite à l’intérieur pour avoir un joli steelbook.

L’extérieur est sublime, mis en avant par ce contraste jaune/noir et cette tranche rouge du plus bel effet. Dommage de s’être arrêté là et ne pas avoir fait l’intérieur. Je reviendrais bientôt sur cela avec un article sur le coût réel d’un steelbook et la différence de prix avec et sans artwork interne .

Le Blu-ray est bloqué en zone A, grosse deception. Je suis d’autant plus surpris que le disque est aussi sorti chez nous, qu’il n’y a pas de pression sur une sortie mondiale cinéma. Carton rouge Lobster film / Flicker Alley. Sinon graphiquement les disques sont bien pensés , évitant de mettre la lune centrée dans le disque.

Un livret assez conséquent garnira le tout, présentant des archives de Georges Mélies.

Qui dit Zone A, dit que j’ai pas pris la peine de dézonner mon lecteur donc j’ai pris également le disque français (zoné B évidemment, on continu l’idiotie). Le visuel choisi est l’image du film, très moyen à coté de l’illustration originale. Et pour couronner le tout le texte bien arrondi autour de la lune, comme c’est créatif !!

Au verso on peut voir que le produit est entièrement identique à l’homologue américain au niveau contenu.

Ici point de livret mais une carte postale de consolation. Et Oh !!!! bravo la lune centrée dans le disque… quelle créativité !! (bis)

A l’intérieur du disque, un menu recomposé d’image en mouvement sur fond de nuage.

Et le film et sa restauration dans tout ça. Oubliez donc les ben-hur et autre cleopatre car là, c’est très moche.

  • coté restauration du film qui a dût être fait avec les meilleurs outils du marché (on parle de 400 000 euros de budget pour réparer le film) : je ne comprends pas d’où viennent encore tous ces scratchs, brûlures, pliures qui peuvent être corrigés grâce à des palettes graphiques.
  • coté cadence d’image, puisque le film original est en 16 images par secondes. Bon il n’y a pas cette cadence disponible en blu-ray, donc comme le produit final fait tout de même 15 minutes il y a du avoir un genre de 3/2 pulldown pour garder la même durée de film avec une cadence d’image différente. Au final nous avons en plus un encodage en 50i, soit en trame et non en image pleine. A noté que le disque US est lui en 24 image pleine par seconde.
  • Coté compression, sur une image aussi bruité le débit aurait dût être poussé au maximum pour éviter certain défaut de compression.
  • Coté musique, la version couleur a une musique moderne (AIR) qui ne colle pas du tout avec le film.

 

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :