BLU-RAY / CRITIQUE : Straw Dogs

Arrivage d’un remake dont je n’ai rien vu de l’original : Straw Dogs

Très jolie jaquette face, plus glamour mais peut être moins inquiétante que l’affiche officielle. Mais pour un DTV (Direct to TV) il faut savoir attirer l’oeil (suffit de regarder les disques de Emylia)… Et Kate Bosworth fait bien son travail pour ça.

Ici on ne parlera pas de bonus mais de court-métrage.

Jaquette imprimé verso et disque très correct.

Le menu est composé de passage sur les protagonistes avec volet latéral. Le BD Live publicitaire toujours présent qui gène un peu (la navigation online toujours aussi désastreuse mais inerrant à sa technologie)

C’est assez incroyable de voir le réalisateur ROD LURIE nous sortir des films inconnus mais avec des casting plutôt alléchants comme Nothing but the truth avec Kate Beckinsale et Matt Dillon, Renaissance d’un champion / Ressurecting the champs avec Samuel L. Jackson et Josh Harnett ou encore Manipulations / The contenders avec Jeff Bridges et Gary Oldman.

Dans Straw Dogs on aura le droit à James Marsden (X-Men, Enchanted, Superman), Kate Bosworth (Superman-bis-, blue crush, las vegas 21) Alexander Skarsgård (Melancholia, True Blood) et dans les seconds rôles Dominic Purcel (prison break) et James Wood (Vampires pour ne citer qu’un de mes films favoris de John Carpenter).

L’histoire simplifié : un couple de citadin emménage dans une campagne remplie de Redneck. Où comment un jeune écrivain pacifique peut changer radicalement d’attitude face aux évenements.

Personnellement(n’ayant pas vu l’orginal et rien lu dessus) j’ai cru à un bête survival horror type détour mortel ou encore la colline à des yeux mais non, c’est un bel et bien un thriller.

Toute l’histoire se joue sur un faux triangle amoureux entre le couple David / Amy (James Marsden/ Kate Bosworth ) et l’ex petit ami de cette dernière, Charlie ( Alexander Skarsgård ), resté en campagne alors que la belle partait à Los Angeles faire ses débuts à la télévision.

Evidemment il ne faut pas longtemps pour des frictions apparaissent entre les partisans du monde rural et urbain : religion, foot, aisance, musique, horaire etc … Le film montera doucement en puissance jusqu’au dénouement final.

En approfondissant un peu le film on peut voir un double jeu joué par Amy que j’ai adoré : séduction, insouciance,  hargne (vis à vis de son mari trop « gentil »), folie …  et ceci est  extrapolé par ses yeux vairons (on ne les voie pas vraiment jusqu’à la scène de la chasse). Je suis un peu déçu que cet aspect de l’histoire ne soit pas plus mis en avant et restera sous exploité.

Sous exploité également l’histoire secondaire du Coach (Magnique James Wood) et sa Fille face au trisomique de service (Dominic Purcell). Celle-ci ne s’imbrique quasiment pas dans l’histoire principale.

Coté technique ce film est sans défaut : une image 2.35 magnifique – Kate Bosworth ahhhh – qui passera inaperçu au vu du type de film. DTS-HD pour l’audio français et Anglais . Et enfin des bonus intéressants livrés en haute définition.

En conclusion malgré ses quelques faiblesses sur l’approffondissement des histoires secondaires, Straw Dogs est un bon thriller DTV .

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :