CRITIQUE – les 6 premiers tomes de L’habitant de l’infini / 無限の住人 / Mugen no jūnin

Manji et son immortalité n’ont pas quitté mes étagères depuis plus de 12 ans, c’est le moment de reprendre sa lecture depuis le début : l’habitant de l’infini

Ce tome 1 à plus de 15 ans et cette présente édition en couverture simple noir n’existe plus. J’avais commencé la lecture il y a pratiquement 10 ans mais rapidement abandonné car le rythme des sorties (1 tous les ans voir tous les deux ans) cassaient complètement la trame de l’histoire.

Nous avons ici un manga fleuve qui continue (parution en cours) et continue ….. s’étendant depuis maintenant bientôt 18 ans.

L histoire de l’habitant de l’infini peut paraître simple aux abords : un immortel au nom de Manji doit expier ses crimes. Il va faire la rencontre de la jeune Lin qui va lui demander assistance pour tuer Kagehisa Anotsu, l’assassin de ses parents.
Sur ces 6 premiers volumes le schéma évoqué ci dessus connaît beaucoup de rebondissement : la découverte de compagnons de routes, la psychologie de la vengeance ou encore la relation que vont entretenir Lin et Manji.

Cette histoire se déroule durant l’époque EDO en 1770, période couramment utilisé dans le monde du manga pour ses valeureux samouraïs et autre rônins ambulants.

On est ici diamétralement opposé à un Kenshin (un de mes premiers manga également) : violence, gore, sexe, vulgarité…. tout y passe.

Techniquement le style de Hiroaki Samura est très particulier : tout utilisation d’aide ou d’ordinateur est exclu dans son processus de création. Ce qui résulte d’un aspect old school très agréable mais qui peut choquer un lecteur de manga occasionnel.

Ce manga n’est donc pas à la portée de tous : d’une part par son aspect graphique qui n’est plus du tout ce que l’on trouve aujourd’hui en librairie, et d’autre part par son histoire assez lente qui met en place le décor et l’ambiance.

Une fois passé ces deux points( ainsi que son prix à plus de 10 euros chaque tome) on peut réellement apprécier cette oeuvre.

L’anime semble également très réussi et permettra à beaucoup d’aborder plus simplement cette histoire.

 

Laisser un commentaire avec votre compte facebook

commentaires

Laisser un commentaire avec votre compte classique

%d blogueurs aiment cette page :